HomeContact
Presse
  Un SAMU pour l’environnement ? 05/05/2008

Un SAMU pour l’environnement ?

Le concept n’est pas nouveau (1995 exactement), mais l’initiative, basée dans la Région de Strasbourg, est encore peu médiatisée. Constitué en association de bénévoles, un SAMU de l’ s’est mis en place. Inédit autant et utile, ce SAMU peut intervenir et prévenir de la dans l’eau et l’air.


“Nous possédons une valisette capable de mener une batterie de 150 tests sur l’eau in-situ”, souligne Fabielle Angel, chercheuse à l’INSERM et Présidente de l’association. “Nous travaillons aussi à miniaturiser la méthode de test sur les sols, qui permet grâce aux vers de , de détecter des substances neurotoxiques”.


Au service de particuliers, entreprises et collectivités, ce SAMU se déplace dans un rayon de 100km autour de Strasbourg :


Le SAMU de l’ peut intervenir en moins d’une heure dans un rayon de 100 Km. Il est aussi capable de réaliser des interventions en routine (mallettes transportables). Il sert :



  • d’instrument de diagnostic pour le corps médical, les organismes d’hygiène, les industriels, les associations ou particuliers,…

  • d’outil d’aide à la décision pour les collectivités territoriales, les services d’urgence,…


52 paramètres chimiques de l’air, 63 de l’eau et 7 du sol peuvent être testés. L’intérêt est la rapidité des résultats :“On évite ainsi le transport et les problèmes de conservation qui peuvent altérer les prélèvements et fausser les résultats”, souligne Fariborz Liverdjani. Réactivité et efficacité ! Si avait évoqué cette idée lors du de l’ (ah oui c’est vrai notre gouvernement est écolo), ce sont les Allemands qui s’emparent de l’idée. Le pays envisage d’ouvrir ses frontières à ce super camion.


La forme associative a été adoptée en avril dernier. L’objectif de ce regroupement est de “promouvoir, organiser et gérer, sur le territoire alsacien, tout type d’intervention en urgence visant au diagnostic, à l’évaluation du risque et à la prévention, tant environnementale qu’humaine, de toutes formes de pollutions”.


On leur souhaite nos voeux de réussite dans ce projet novateur !


Source : GéoMagazine

Retour à la  Presse
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre lettre d'information :