HomeContact
Presse
  Les professionnels de l’Environnement et le développement Durable 07/02/2008


Bientôt un Samu de l’environnement ? Pro-environnement, 07 février 2008


Dans un entretien publié le 31 janvier dernier, Jean Louis Borloo confiait sa volonté de mettre en place « un Samu de l’environnement », comme il en était question après le Grenelle.

En Alsace, un service similaire existe déjà depuis 2003: en cas de signalement de pollution, un laboratoire mobile intervient sur place pour analyser l'eau, l'air ou le sol.

Le Docteur Fariborz LIVARDJANI toxicologue et spécialiste au sein de ce laboratoire répond à nos questions.


Pourquoi avoir créé un Samu de l’environnement ?


Docteur Fariborz LIVARDJANI : Le service d’analyse mobile d’Urgence de l’environnement (SAMU de l’Environnement) a été conçu en 1994. Une unité expérimentale existe à Strasbourg et est fonctionnelle depuis 2003.

Le développement technologique de ces dernières décennies a conduit à une croissance considérable des micropolluants qui affecte l’atmosphère, l’environnement en général et en fin de chaîne, la santé humaine. Ceci a amené à développer, en particulier à la suite de grandes catastrophes ayant provoqué des dégâts considérables, des méthodes analytiques de diagnostic et de surveillance. Les techniques actuelles proposées jusqu’à présent sont le plus souvent complexes et ne permettent de faire l’analyse des échantillons que dans des laboratoires spécialisés avec, comme conséquence, des délais longs entre les prélèvements et les résultats. Ceci est préjudiciable dans la mesure où cela affecte la mise en œuvre de moyens précoces efficaces permettant de définir au plus vite la cause de la pollution et d’arriver à limiter l’ampleur des dégâts.

De plus, outre le risque quantitatif pour l’environnement que présentent les diverses technologies modernes, les faibles quantités de composés chimiques doués d’une toxicité considérable sont un risque qualitatif non moins préoccupant, qui requiert également une surveillance particulière. Afin de pouvoir poser un diagnostic rapide et fiable, il nous est apparu nécessaire de réunir les compétences particulières dans différents domaines, toxicologie médicale, analytique, … ayant pour intérêt commun la mise au point d’un laboratoire mobile d’analyse et d’évaluation de différents polluants organiques et inorganiques.


Pouvez vous nous préciser ses objectifs ?


L’objectif est de fournir immédiatement une identification et un dosage précis des polluants et micropolluants impliqués, directement sur le site concerné et dans tout milieu en évitant les inconvénients de transport et de conservation des prélèvements.

Il s’agit aussi de permettre de réaliser des mesures fréquentes et régulières des polluants sur différents milieux, vivants ou non, et d’établir des modèles pouvant servir d’outils pour la prévision et la régulation des dysfonctionnements de l’écosystème.

Ces méthodes mises en place, il est possible de s’intéresser à l’impact toxicologique, biologique, économique et social des pollutions tant accidentelles que chroniques de l’écosystème et sur la santé humaine. Cet outil, de par son originalité, procure des renseignements détaillés d’impacts nouveaux et complémentaires aux systèmes de surveillance atmosphérique et hydrique existants.


Quelles sont ses missions et comment ce Samu de l’environnement intervient t’il ?


Comme son nom l’indique, le SAMU de l’Environnement assure une mission d’urgence. Cette mission est d’autant plus justifiée qu’il n’existe pas de structure équivalente à ce jour ni en Alsace, ni en France.

De plus, le SAMU de l’Environnement, fournit lors de ses interventions un rapport complet d’expertise, une interprétation précise des résultats obtenus et des recommandations des conduites à tenir. L’expérience des trois dernières années en Alsace démontre clairement que l’action d’urgence est indispensable en cas de pollution car les analyses différées conduisent à des résultats erronés dus aux méthodes de conservation et à une perte en concentration des polluants lors des transports. La présence même de l’unité mobile sur un lieu suspect permet d’identifier de manière plus sûre la source de la pollution.

Le SAMU de l’environnement peut intervenir sur demande à différents échelons régionaux aussi bien auprès des particuliers dans le cadre de pollutions intérieures, qu’auprès des industries, administrations, écoles, collectivités locales,Services d’urgence (pompiers, gendarmeries…), hôpitaux pour offrir un service d’utilité publique dans l’intérêt de l’environnement, du développement durable et du citoyen.



© Groupe DPE

  • SAP




  • Retour à la  Presse
    Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre lettre d'information :