HomeContact
Presse
  La pollution s’offre un SAMU 28/01/2009

C’est loin d’être un scoop. Question pollution, nous sommes bien servis. Que ce soit au niveau de l’air, du sol ou de l’eau, activités industrielles et agricoles notamment obligent. Initiative alsacienne, le SAMU de l’environnement débarque dans le Nord – Pas-de-Calais, deuxième région à expérimenter ce service d’urgence contre la pollution. Installation en cours, mise en route effective pour 2011. Interview de David Tremelet, qui pilote le projet.


DailyNord : Qu’est-ce que le SAMU de l’environnement ?


David Tremelet : « Il s’agit de la deuxième expérience au niveau national après celui d’Alsace créé il y a plusieurs années. Le SAMU (service d’analyse mobile d’urgence) de l’environnement est un laboratoire mobile qui répondra aux urgences dans toute la région Nord – Pas-de-Calais. L’objectif est d’évaluer l’impact des pollutions sur la santé. Exemple : vous avez une odeur un peu bizarre chez vous, vous appelez le SAMU de l’Environnement qui vient effectuer des relevés. Afin de trouver la source et de stopper au plus vite celle-ci. Nous serons capables de mesurer les pollutions de l’air, du sol et de l’eau. C’est de l’urgence écotoxicologique. »


DailyNord : Concrètement, dans la région, comment cela-va-t-il se passer ?


David Tremelet : « Le SAMU de l’environnement aura plusieurs points d’attache : Denain, le siège, mais aussi Lille, Dunkerque, Boulogne et Arras, chacun avec un camion et un bateau pour les analyses. Nous projetons de créer 68 emplois pour un effectif de 90 personnes à terme. Nous travaillerons en lien avec les services s’occupant déjà des analyses et nous développerons des partenariats avec les universités de la région. »


DailyNord : Comment se fait-il que ce SAMU alsacien n’arrive dans le Nord – Pas-de-Calais que maintenant ?


David Tremelet : « Le SAMU de l’environnement d’Alsace a été « découvert » par Jean-Louis Borloo lors du Grenelle de l’Environnement. Il a qualifié le projet de « génial » en précisant qu’il faudrait l’implanter ailleurs. On commence par le Nord – Pas-de-Calais, l’Ile-de-France devrait suivre. A terme, dans les cinq ans à venir, le SAMU devrait s’implanter dans toutes les régions de France. »


DailyNord : Il va y avoir du travail dans le Nord – Pas-de-Calais…


David Tremelet : « C’est plus que du travail ! Aujourd’hui, la région Nord – Pas-de-Calais est l’une des pires au niveau de la pollution (DCO, Azote, SO2, COV, poussières, plomb, pesticides) avec notamment une forte présence agricole et industrielle. Mais ce n’est pas la région la moins réactive. Notre outil permettra de compléter les mesures déjà en place et permettre de se réveiller à temps. »


DailyNord : Avez-vous déjà une idée du nombre d’interventions qui seront effectuées chaque année ?


David Tremelet : « Au regard des différentes missions effectuées par le SAMU de l’Environnement Alsace, de la population de la région, des interventions effectuées par différents organismes pilotes en Europe (le SAMI Brabant Wallon par exemple,…), on estime que notre nombre d’interventions avoisinera les 300 par an en moyenne par centre, soit environ 1500 pour la région. En ce qui concerne le nombre d’appels, il devrait y en avoir environ 5 000. » [Plus d'info]


 



Retour à la  Presse
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre lettre d'information :